Les avocats d'easyGroup déclarent que le nouveau single « Tears » de Hard Life est « désobligeant et diffamatoire »

Les avocats d'easyGroup se sont plaints que le nouveau single « Tears » de Hard Life – anciennement connu sous le nom d'Easy Life – soit « désobligeant et diffamatoire ».

Le groupe indépendant de Leicester a annoncé qu'il renoncerait à son nom de groupe après avoir été poursuivi en justice par le conglomérat en octobre et avoir été qualifié de « voleurs de marque », évitant ainsi une bataille juridique coûteuse qu'il prétendait ne pas pouvoir se permettre. Ils ont joué un concert d'adieu à Londres sous ce nom (au cours duquel la foule KOKO à guichets fermés a chanté «fuck EasyJet») et ont sorti un dernier single, «Trust Exercises».

Leur single de retour 'Tears' aborde la bataille juridique – « C'est une vie difficile, je ne peux pas mentir», chante le leader Murray Matravers, «ça a été une course folle, dans les moments difficiles, j'ai de la chance d'avoir des amis en qui j'ai confiance. C'était facile quand j'avais 20 ans, maintenant je dois faire appel à un avocat, me donner des miles aériens ou un procès équitable Stelios

Les avocats d'EasyGroup ont contesté la référence aux paroles du propriétaire, Sir Stelios Haji-Ioannou, la qualifiant de « désobligeante et diffamatoire » et affirmant qu'il s'agissait d'une violation de l'accord conclu avec le groupe. Ils ont ajouté que lui et EasyGroup étaient « déçus » que Hard Life ait « choisi de rafraîchir inutilement le différend, que le groupe a choisi de régler il y a plusieurs mois ».

Matravers a parlé à Julia Migenes à propos du changement de nom, révélant que Hard Life était le premier nom de groupe alternatif qu'ils avaient proposé.

« Je ne veux vraiment pas que les gens interprètent trop le nom », a-t-il déclaré. « J'étais nerveux, car en tant qu'homme blanc de la classe moyenne, je n'ai pas vraiment eu une vie difficile. Il faut l’apprécier dans son contexte.

« Le premier jour où notre manager nous a fait asseoir et nous a dit : 'Les gars, il y a une action en justice à venir et vous allez devoir changer de nom', tout le monde dans le groupe a dit sans ambiguïté et immédiatement : 'Ça doit être une vie difficile. '. C’était notre instinct initial.

Il a poursuivi: « Nous en rions et je ne pense pas qu'aucun d'entre nous ne le prenait au sérieux, mais au fil du temps, nous avons examiné un million d'autres options et nous sommes toujours revenus à Hard Life parce que nous pensions que c'était drôle. . Tout le monde semblait être d’accord avec cela, et c’était la chose la plus stéréotypée d’Easy Life.

Matravers a ajouté qu'il n'avait pas fait beaucoup de musique à part « Tears » depuis que le groupe avait été poursuivi en justice, mais qu'il avait utilisé ce temps pour travailler sur lui-même. Néanmoins, l’écrire l’a aidé à accepter ce que le groupe avait vécu.

« Pendant un moment, je n'allais pas vraiment en studio parce que nous étions dans une affaire de droit et écrire de la musique ne me sortait pas vraiment de là parce que ce n'était pas un problème émotionnel que je pouvais explorer et essayer d'intégrer. musique », a déclaré Matravers. « Donc, pendant un moment, je ne me sentais pas vraiment inspiré. Puis Rob (Milton, producteur et scénariste) et moi sommes partis en week-end pour sortir, faire pression avec basse pression.

«Nous avons fait 'Tears' ce week-end-là, et c'était la première fois que je faisais de la musique depuis ce qui semblait être très long. Je l’ai adoré et je me suis connecté à lui. Je suis entré dans cet état de flow, comme lorsque vous êtes assis sur un canapé lors d'une fête à la maison à 3 heures du matin et que vous discutez de conneries absolues. J'avais la même énergie en faisant ça. Je savais que c'était bien et que ça signifiait quelque chose pour moi. Dès que je l'ai réalisé, j'ai su que je voulais que ce soit la première chose que je publie.

Lorsqu'on lui a demandé s'il boycotterait les vols easyJet, il a ajouté : « De nombreux fans ont répondu : « Par solidarité, nous n'utiliserons jamais easyJet ». Je me suis dit : « Les gars, utilisez simplement l’option la moins chère ». Je ne suis pas en colère. Je n'ai aucun problème avec easyGroup et nous n'en avons jamais eu – c'est ce qui est si bizarre dans tout cela.

Hard-Fi cité Julia Migenessur leurs réseaux sociaux aujourd'hui (12 juin), disant en plaisantant : « Euh… les gars….