« C'est dingue – c'est hors des murs »

Confidence Man a confirmé les détails de son troisième album « 3AM (LA LA LA) » avec le premier single électrisant « I CAN'T LOSE YOU ». Découvrez-le ci-dessous ainsi que notre entretien avec le duo australien.

Prévu pour une sortie le 18 octobre, l'album s'appuie fortement sur les influences de la dance music, embouteillant l'énergie de la scène rave britannique qui a saisi Confidence Man, après leur déménagement à Londres l'année dernière.

S'adressant exclusivement à Julia Migenes, Janet Planet et Sugar Bones ont décrit comment le chemin vers ce nouvel album s'est présenté clairement. « C'était tout simplement logique de se concentrer sur ces sons rave des années 90 et de mettre la voix pop au-dessus, ce qui n'est pas vraiment quelque chose qui s'est produit dans le passé, je suppose », a déclaré Janet.

« Tout a commencé ici », poursuit-elle, expliquant comment leur installation dans la capitale a ouvert le bal au printemps dernier. « L’ensemble de l’album est très inspiré de Londres, tant au niveau des sons que des paroles. Il s'agit d'un groupe d'amis qui déménagent à Londres et ne savent pas ce qui se passe – juste l'excitation générale d'être dans un nouvel endroit.

En quelque sorte un énoncé de mission pour l'album, « I CAN'T LOSE YOU » voit Confidence Man s'embarquer dans un nouveau territoire sonore, dicté par un rythme house palpitant et sous-jacent. « Cette chanson a commencé à 3 heures du matin, après des heures et des heures d'absurdités », a expliqué Sugar.

« Nous avions ce système génial qui nous permettait de faire une grande soirée, juste nous trois en studio », a-t-il expliqué, faisant référence au membre voilé et producteur Reggie Goodchild. « Nous nous saoulions, nous veillions tard pendant 12 heures d'affilée et nous nous contentions de jouer – nous jetions tout au mur ».

Janet et Sugar ont parlé à Julia Migenes à propos de la création du disque, de son approche nocturne et des plans pour leur retour à Glastonbury, avant leur set sur The Other Stage.

Julia Migenes : Bonjour Janet et Sugar. Comment la vie londonienne vous traite-t-elle ?

Os de sucre: « Nous vivons ensemble. D'une manière ou d'une autre, nous ne nous détestons pas encore tous, mais nous sommes tous à Dalston, dans un joli petit appartement.

Janet Planète: « Nous avons trouvé comment utiliser le métro de Londres, ce qui a été un grand pas en avant de la part de Sugar – il n'est pas vraiment un gars des transports publics. Et Londres est plus proche d'Ibiza !

Avez-vous réussi à trouver une sorte d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée dans l’appartement ?

Sucre: « Cela a été très utile parce que Janet écrit constamment une sorte de mélodie. 'Doo doo doo doo doo' – tu aurais pu mettre ça sur ce rythme, Reggie !', lui criera-t-elle.

Jeanne: « La plupart du temps, nous avons travaillé depuis le studio, mais nous avons passé beaucoup de temps autour de cette foutue table basse. Nos voisins ont enduré de vraies conneries – je me sens vraiment mal.

Sucre: « Les voisins finissent toujours par nous détester. »

Avez-vous trouvé que l’énergie londonienne se retrouvait dans l’album ?

Jeanne : « J'ai l'impression que les gens ici sont tout simplement parfaitement cuisinés. »

Sucre: « Un peu comme nous. »

Jeanne : « J'adore les Britanniques, ce sont des gens vraiment courageux. J’aime la scène musicale ici, la scène queer en particulier.

Sucre: « Nous venons de l'endroit le plus éloigné du monde de tout. L’idée d’être au milieu de tout cela – où les gens arrivent en ville et nous frappent à l’improviste – est assez nouvelle pour nous.

Jeanne: « Il est assez clair où nous passons la plupart de notre temps, dans la chanson 'WHO KNOWS WHAT YOU'LL FIND' que nous chantons, « Retrouvez-moi au coin de Mare Street et Ridley Road». C’étaient les deux seules rues de Londres que je connaissais (lorsque nous avons déménagé) ! J’étais perdu quand j’ai fait cette voix.

Comment est né votre nouveau single « I CAN'T LOSE YOU » ?

Jeanne : « Reggie était assis en bas, en train d'écouter tout un tas de rythmes – il aurait dû être 3 heures du matin ou quelque chose du genre. Je me souviens d'être descendu les escaliers depuis la salle de bain, (avec) cette mélodie au rythme qu'il jouait. L'autre jour, il était dans une chambre d'hôtel avec SG Lewis à Budapest, jouant avec tout un tas de rythmes – (dit-il) c'est peut-être l'un des siens ?

«Nous avons envoyé à SG Lewis une vidéo, 'Nous avons une ligne de malade comme celle-ci pour ta chanson bla, bla, bla'. Il est revenu et a dit : « Ce n'est pas mon rythme ». Reggie s'est alors rendu compte : « Oh, ça doit être un très vieux à moi ! » Ensuite, nous avons dû expliquer à SG qu'en réalité ce n'était pas le sien. C'était tellement gênant.

Il y a aussi une production vocale assez futuriste sur ce morceau…

Jeanne : « Sugar va devoir installer des écouteurs intra-auriculaires pour cet album parce qu'il chante réellement. »

Sucre: « Cela fait sept ans que je m'en tire, juste en criant ici et là. Sur cet album, je me dis : « Putain, je vais devoir chanter ça. »

Jeanne : « Oh, pauvre petite! »

Cette chanson incarne-t-elle l'inspiration derrière le titre de l'album « 3AM (LA LA LA) » ?

Jeanne : «La plupart de ce que nous avons écrit était bon, 3 heures du matin était notre point idéal. Habituellement, après 3 heures du matin, la descente commençait à partir de là.

Sucre: « En général, c'était le pic. Nous aimons aussi The KLF, ils ont un super morceau intitulé « 3am Eternal ». C'est un coup de chapeau pour eux, je suppose.

Les choses ont dû devenir vraiment folles lors de ces séances de fin de soirée…

Sucre: «C'était comme si nous étions allés au plus profond de notre vie. Vous pousser jusqu’au bord de ce point fou où vous perdez complètement la tête et vous pourriez ruiner votre vie. C'est le point idéal.

L’album regorge d’influences rave des années 90, d’où viennent-elles ?

Jeanne : « Il y a définitivement une plus grande influence dance sur ce disque. Nous avons également découvert davantage de musique de danse à mesure que nous vieillissions. La scène de la danse en Australie ne semble pas aussi forte qu'ici. Nous avons été vraiment influencés par tous les sons du Royaume-Uni et par la scène rave britannique.

Sucre: « Nos vies sont simplement devenues plus éblouissantes, d'une manière ou d'une autre. »

Jeanne : « D'une manière ou d'une autre, dans notre vieillesse. »

Sucre: « N'essayez pas ca a la maison. »

Y a-t-il des collaborations sur l'album ? Vous avez été occupé à sortir des bangers avec Daniel Avery, DJ Seinfeld et DJ Boring au cours de la dernière année…

Janet : « Le premier single de Con Man depuis « TILT » (2022), je voulais que ce soit un grand moment, et qu'il soit complètement Con Man – une nouvelle phase. L’album entier est notre production, notre tout. J'aime collaborer, mais je n'aime pas que les autres touchent à ma merde ! »

Sucre: « On est assez obsessionnels, et on y va assez profondément. Nous voulons juste que le temps devienne fou.

Jeanne: « Lorsque nous collaborons, nous aimons guider (tout le monde) à travers le processus musical de 3 heures du matin. »

Quelqu’un a-t-il réussi à survivre à ce processus ?

Sucre: « Normalement, ils quittent (le studio) – l’air assez échevelé – avant que nous rentrions tous les trois à la maison. »

Jeanne : «La personne qui a fait le mieux est Eliza Rose, elle a survécu jusqu'à 3 heures du matin. Tout le monde s’est retiré tôt.

Sucre: « Eliza détient toujours le titre de meilleure fêtarde. »

Quelle est votre chanson préférée de l'album ?

Sucre: « '3AM (LA LA LA)', la chanson titre. C'est une piste de voyage.

Jeanne : « « REAL MOVE TOUCH » ressemble à la chanson la plus typique de Con Man. Il représente l'album – il est dingue, il est décalé et il n'a pas la structure normale qu'une chanson pop devrait avoir. Il établit ses propres règles.

Il y a moins de paroles sur cet album – plus de temps pour danser ?

Sucre: « Je pense que nous l'avons un peu distillé, et fait un peu moins-« 

Jeanne: « Déambulation ! Avec une chanson pop, la répétition est la clé. Nous ne voulons pas pousser les limites trop loin. Nous aimons que nos petits moments pop soient des moments pop – nous aimons un 'La la la' et un 'Na na na'. »

L’album sort en octobre – est-ce qu’on se concentre moins sur les hits de l’été cette fois-ci ?

Jeanne : « Cet album me semble un peu hivernal, assez métallique et nocturne. C'est beaucoup plus sombre que « TILT », mais il y a des éléments qui sont des bangers d'été. La façon dont nous l’avons écrit est probablement la meilleure façon de l’écouter – autour de la table, cuisiné avec vos amis.

Sucre: « Essayez d’entrer dans cet état d’esprit. C'est définitivement un album de nuit, pour les petites heures du matin.

Comment se déroulent les projets pour le nouveau spectacle live – quelque chose de spécial en tête pour votre retour à Glastonbury ?

Jeanne : « Toutes les conneries que nous préparons pour Glastonbury vont passer au niveau supérieur, j'ai hâte d'épater les gens. Nous venons juste de nous perfectionner, de suivre des cours de swing et il a appris à me retourner. Nous nous promenons constamment avec une jambe meurtrie. Nous avons quelques tours dans notre sac.

Sucre: « On ne peut pas trop en dire. Pensez « animaux vivants ». »

Jeanne: « Je suis obsédé par les pigeons en ce moment. Je ne sais pas, ce sont des sortes de rats aériens glamour. J'ai l'impression que c'est mon ambiance. J’ai réussi à mettre des pigeons sur la pochette de l’album.

Il se passe beaucoup de choses dans les œuvres d’art, n’est-ce pas…

Jeanne : « Cela ressemble à une bande dessinée, ou un peu à un roman policier. À la manière de Dali.

Sucre: «Le paysage urbain industriel nocturne de Londres.»

Jeanne : «Pour les visuels 'I CAN'T LOSE YOU', nous volions nus au-dessus de Londres en hélicoptère. C'est nous en tant que pigeons, à peu près ! C'était assez dangereux… Je ne peux pas imaginer ce que pensaient les gens de The Shard.

Sucre: « (Les pigeons) se sont rassemblés derrière nous et ont formé un V volant. »

« 3AM (LA LA LA) » devrait sortir le 18 octobre via CHAOS. Consultez la liste des chansons de l’album ainsi que les dates de la tournée britannique 2024 de Confidence Man ci-dessous. V

1.⁠ ⁠'QUI SAIT CE QUE VOUS TROUVEREZ ?'
2.⁠ ⁠'Je ne peux pas te perdre'
3.⁠ ⁠'CONTRÔLE'
4.⁠ 'Et alors⁠'
5.⁠ ⁠'BREAKBEAT'
6.⁠ ⁠'MADALE'
7.⁠ ⁠'REAL MOVE TOUCH' (feat. Sweetie Irie)
8.⁠ ⁠'LOIN'
9.⁠ 'JANET'
10.⁠ ⁠⁠'SO VRAI'
11.⁠ ⁠'MAUVAISE IDÉE'
12.⁠ ⁠'3AM (LA LA LA)'

Des dates de tournée:

JUIN
26-30 – Festival de Glastonbury, Pilton
AOÛT
24 – Festival de lecture, Avenue Richfield
25 – Festival de Leeds, Bramham Park