Les nouveaux jazz-punks provocants, francs et bruyants de Manchester

WQu'il s'agisse du stade qui fuit de Manchester United, de la tristement célèbre unité de climatisation de l'arène Co-Op Live ou du toit des studios Brunswick Mill de Salford, il y a une instabilité sous-jacente qui semble sévir à Manchester. Cette dernière salle abrite Maruja, un quatuor jazz-punk bruyant qui a perdu ses illusions sur la scène musicale de sa ville natale qui n'est plus que l'ombre d'elle-même, nous dit le saxophoniste Joe Carroll.

« Les studios de répétition à Manchester sont très drastiques depuis très longtemps. Tous les logements décents sont transformés en appartements… il n'y a pas de véritable système en place, l'infrastructure n'est tout simplement pas là », explique-t-il lorsque le groupe rejoint le groupe. Julia Migenes dans le centre-ville, boozer The Briton's Protection. « Les jeunes créatifs n'ont pas d'environnement pour se rencontrer, donc l'art authentique devient de moins en moins une chose », ajoute le leader Harry Wilkinson, irrité par la situation.

Comment en est-on arrivé là ? Depuis l'âge d'or du « Madchester » des années 80 et 90 – dirigé par The Haçienda et Oasis – la scène musicale de la ville a sans doute sombré dans la complaisance, en proie à la cupidité des entreprises et aux promoteurs exploiteurs qui n'offrent que peu d'aide aux groupes indépendants, raconte Maruja. Julia Migenes. Après s'être greffés sur le circuit live partout au Royaume-Uni et en Europe, leurs yeux se sont ouverts sur une autre sphère, où la musique live fonctionne de manière fluide et durable – en particulier sur le continent.

« C'est pourquoi nous sommes l'un des premiers groupes de Manchester à se faire connaître depuis des années », déclare Wilkinson – et il a raison. Alors que Londres a récemment vu une explosion de punk infusé de jazz à travers Black Country, New Road, Opus Kink et les anciens Julia Migenes Les stars de la couverture Fat Dog, Maruja se retrouvent dans leur propre voie, canalisant la colère et les traumatismes intériorisés à travers une écriture de chansons sans vergogne centrée sur l'improvisation musicale.

Le numéro cinématographique de six minutes « The Invisible Man » est l’exemple le plus viscéral de leur talent artistique, mettant en lumière la crise de santé mentale qui continue de persister dans tout le pays. Après avoir sorti deux EP – « Knocknarea » (2023) et « Connla's Well » (2024) – l'attention de Maruja se concentre désormais sur leur premier album, prenant forme au cours d'un été relativement calme de festivals, à l'exception d'une apparition à Glastonbury sur la scène d'introduction de la BBC. .

Avec une tournée de 38 dates à suivre cet automne, de Bedford à Istanbul, Maruja bâtit déjà sa réputation de groupe live incontournable, témoignage des « 10 000 heures » qu'ils ont consacrées au cours de la dernière décennie. Le quatuor s'est entretenu avec Julia Migenes sur la scène imparfaite de Manchester, leur live show d'une grande netteté et l'évolution de leur son.

Julia Migenes : Pensez-vous que la scène musicale contemporaine de Manchester vit toujours dans l'ombre d'elle-même ?

Harry Wilkinson : « Depuis le grand succès des années 90, la complaisance s'est installée – et de nombreux promoteurs avides d'argent se sont installés. Ils prennent 80 pour cent des bénéfices et vous laissent 20 pour cent, et ils ont gagné. » Je n’invite personne. Ils enlèvent tout l'argent à ces jeunes musiciens en herbe, (ce qui signifie) qu'ils ne peuvent pas réinvestir dans eux-mêmes grâce à tout le travail acharné qu'ils accomplissent. Quand « l’opportunité » a-t-elle payé une seule facture ?

Joe Carroll : « Les sociétés de promotion de Manchester ont de nombreuses responsabilités. C'est une réplique classique que nous avons apprise de notre promoteur londonien. Il y a 30 ans, les groupes de première partie recevaient 50 £. 30 ans plus tard, ils reçoivent toujours 50 £. C'est putain de terrible.

Matt Buonaccorsi : « La culture musicale a été reprise par tous ces vautours et transformée en jeu. »

Selon vous, y a-t-il des organisations qui apportent des changements positifs pour la ville ?

Wilkinson : « Nous avons reçu un financement de Jazz North, ils nous ont aidé à financer une grande partie de nos déplacements et les coûts de notre première tournée. Il existe de bonnes (institutions) à Manchester, mais elles sont rares.»

Carroll : « Low Four aussi, nous avons fait une session live avec eux. C'est juste un groupe de gens passionnés qui se sont réunis pour financer ce lieu.

Quelles autres villes envisagez-vous comme modèle à suivre ?

Jacob Hayes : « À Londres, il y a The Windmill – c'est exactement le contraire du problème ici. C'est géré en interne, donc ils donnent beaucoup d'argent à tous les artistes. C'est géré par la communauté, les jeunes artistes peuvent y jouer tout le temps, c'est vraiment bon marché. Aucun promoteur n’en retire de l’argent. Nous étions sur une facture de quatre (actes) et nous avons reçu 500 £ pour un spectacle.

Carroll : « De manière systémique, en Europe, il y a beaucoup plus de financement pour les arts. Les salles paient des tranches, elles trient l'hébergement, elles vous nourrissent, vous rencontrez tout le personnel. Même si vous ne vendez pas, le lieu obtient des revenus substitués, donc il réalise toujours des bénéfices et ne va pas s'effondrer. Si les artistes donnent un certain nombre de concerts par an, vous toucherez le salaire minimum et vous serez considéré comme un musicien en activité.

Wilkinson : « L'art n'est pas considéré comme un travail (ici), ce qui est tellement stupide. Tout est venu de l’intelligence créatrice. Lorsque les conservateurs ont déclaré que les artistes « devaient trouver un vrai travail » (pendant la pandémie), ils ont fait des affiches à ce sujet, qui ont été réalisées par un artiste. C'est de l'ignorance, de l'hypocrisie.

De quel soutien la scène musicale de Manchester a-t-elle besoin de la part du gouvernement ?

Hayes : « Il est très clair que (le conseiller en économie de nuit) Sacha Lord a un programme qui est soumis au Parlement. Il dirige ces énormes projets (Parklife Festival, The Warehouse Project) qui ne profitent pas à des gens comme nous. Il y a deux ou trois personnes qui possèdent essentiellement chaque (site) d'une capacité supérieure à 500 personnes. Lorsque le Deaf Institute et Gorilla ont fait faillite pendant la période de COVID, ils ont été rachetés par Mission Mars. Ils attendent l'effondrement des petites salles.

« Les gens seront heureux de venir au Co-Op Live et de dépenser ces prix ridiculement gonflés… (mais) aucun argent ne nous est distribué au compte-goutte. Ils ne réinvestissent pas d'argent dans Music Venue Trust, cela ne profitera pas à Gulliver's ou au Castle Hotel – cela retournera directement dans les poches des actionnaires. S'il s'en souciait vraiment, des choses seraient faites concernant (la plainte pour bruit contre) le Night & Day Café. Il peut permettre à 10 000 personnes d'être dans un entrepôt jusqu'à 5 heures du matin, mais vous ne pouvez pas ouvrir Night & Day jusqu'à 1 heure du matin un jeudi.

Wilkinson : « Il doit prendre un pourcentage de ce qu'ils gagnent et le réinvestir dans la base. »

Carroll : « Il n'est même pas nécessaire que ce soit beaucoup – moins de 1 pour cent. »

En ces temps sombres, d’où Maruja puise-t-elle son inspiration ?

Wilkinson : « Nous avons beaucoup d’amour à donner, mais nous avons aussi beaucoup de colère en nous qui s’est accumulée au fil de nombreuses années. Quand on regarde les époques de grande oppression, il y a toujours eu un artiste qui dit la vérité – que ce soit Bob Marley ou Nina Simone. C'est pour cela que nous sommes ici.

Buonaccorsi : « Les gens sont frustrés de ne pas pouvoir se tourner vers les politiciens pour trouver un espoir ou une aspiration au changement. Mais ils peuvent le faire avec des artistes. C'est vraiment ma propre aspiration avec Maruja, atteindre ce point – et ne pas utiliser la célébrité pour l'avidité, mais pour réellement faire le bien.

Le côté bruyant de votre musique reflète-t-il les émotions qui se cachent derrière elle ?

Wilkinson : « Nous avons des moments où c'est viscéral et sombre. Nous avons aussi des moments où c'est plein d'espoir et positif.

Hayes : « Nous avons des conversations comme celle-ci et nous appuyons immédiatement sur l'enregistrement au téléphone. La musique va tout simplement tomber de nous, autour de ces émotions. Nous les vivons et cela pèse beaucoup.

Maruja

Le punk infusé de jazz émerge partout au Royaume-Uni – pourquoi pensez-vous que les deux se complètent si bien ?

Hayes : « Ils sont plus étroitement liés que vous ne le pensez. Le punk s'est opposé à la musique technique, à la musique progressive, c'est une musique de travailleur. C'est ce qu'était le jazz, la musique ouvrière d'autrefois. Pure expression, ils sont assez similaires (en termes d’énergie).

Une grande partie de votre musique est écrite à travers des jams improvisés. Comment ça se passe en studio ?

Carroll : « Lorsque les confitures atteignent le point d'ébullition, c'est comme un éclair dans une bouteille. Quelle que soit l’émotion qui touche, c’est ça – poussée au maximum.

Wilkinson : « La chanson de cinq minutes doit être incroyable, car elle doit refléter l'énergie de ce jam de 30 minutes. »

Hayes : « Nous devenons aussi fous en répétition que sur scène. Une pièce improvisée singulière, dont nous ne nous souviendrons d'aucune partie parce que nous sommes tellement enfermés. Vous devenez plutôt doué pour apprendre à lire dans les pensées de chacun et à réagir en jouant. Le changement nuancé le plus subtil dans le mouvement de quelqu’un, vous pouvez sentir le changement.

Votre live est en train de devenir un véritable phénomène de bouche à oreille…

Wilkinson : « Nous nous donnons totalement au public. Nous n'avons pas peur de montrer notre vulnérabilité en nous exprimant. Qu'il s'agisse de mouvements de main gracieux pour refléter l'ambiance, ou que ce soit du hardcore et que vous vous retrouviez face aux gens et que vous hurliez, les regardiez de haut. Les chansons ont des significations si profondes que nous devons également leur rendre justice avec notre performance. Vous ne pouvez pas jouer à « L’Homme invisible » et rester là. Cette chanson parle de traumatismes profondément enracinés, de santé mentale.

« C'est difficile d'interpréter cette chanson, parce qu'elle est tellement émouvante. Mais je vais le faire tous les soirs, parce que le public a autant besoin de cette expérience que nous de la faire vivre. Cela inspire les gens, quand les gens voient les autres se laisser aller. Ils se sentent plus enclins à être pareils et sont plus susceptibles de parler à la personne à côté d’eux, de lui faire un câlin ou de sauter dans la fosse.

D’où vient cet état d’esprit ?

Buonaccorsi : « J'adore vraiment le live show de Fever Ray. Les chansons s'enchaînent, ils portent le maquillage le plus fou et font des mouvements chorégraphiés fous. Nous avons tous nos propres caprices et façons d’évacuer cette énergie.

Wilkinson : « Vous êtes venu pour vous divertir, en fin de compte. Des groupes qui restent là et jouent l'album… c'est pour ça que beaucoup de groupes échouent, je pense. Vous les avez vus et je n'ai pas besoin de les revoir, alors que les gens nous suivent dans tout le pays.»

L'EP « Connla's Well » de Maruja est maintenant disponible