SEVENTEEN – Critique de « Seventeenth Heaven » : un festival exubérant et festif

Allez à n’importe quel spectacle live de SEVENTEEN et vous comprendrez immédiatement pourquoi ils ont réussi à se solidifier comme l’un des groupes de K-pop les plus vendus de tous les temps. Avec 13 membres multi-traits d’union et un son prismatique, chacun de leurs concerts est son propre mini-festival. Canalisant ces moments de célébration sur scène, leur 11e mini-album extatique « Seventeeth Heaven » adapte leur son à leur dernière série de tournées de stades (et Coachella espère) sur son court tronçon.

SEVENTEEN a gardé ce projet près de sa poitrine, avec le scénariste-producteur Woozi, le collaborateur Bumzu et quelques autres membres figurant en bonne place dans le générique, mais une exception arrive tôt : l’ouverture adjacente au rock, « ​​SOS », fait appel à Marshmello pour une basse caverneuse et trippante. production qui propulse la gamme inférieure compétente du chanteur DK dans la stratosphère. Le fait que ses paroles maladroites soient toutes en anglais fonctionne à son détriment, mais « SOS » avance avec un tel enthousiasme qu’il est difficile de s’en soucier.

Pour montrer le chemin parcouru, le groupe revisite également son classique indélébile « Shining Diamond » sur « Diamond Days », un redux EDM rave-ready de son précurseur, dans lequel ils se vantaient du talent brut qui les délivrerait d’humbles moyens. C’est pourquoi, aussi pompeux que puisse paraître le titre de « God of Music », le single lui-même – sur fond de cuivres euphoriques et de funk – est tout sauf le cas. « S’il existe un Dieu de la musique / Je veux vous faire un câlin de gratitude », chante Josué au début. Ils sont tout simplement ravis d’être ici et de faire ce qu’ils aiment le plus.

L’ambiance du festival continue de rouler avec les synthés électropop vifs et vifs de « Back 2 Back » de l’unité de performance. Il y a un côté dur dans les couplets, pour le meilleur ou pour le pire, avec des livraisons criées et des zaps industriels occupés. Cependant, cousues dans ses coutures rugueuses, se trouvent des lignes d’écriture de chansons sophistiquées comme « C’est moi qui ai couru vers toi / Si je suis essoufflé / C’est que j’ai le cœur plein » et « Au crépuscule, le soleil et la lune se rencontrent dos à dos ».

Chaque setlist a ses basses énergiques, et dans la magnifique ballade au piano « Yawn », les contemplations de relations éphémères sont gravées de chagrin. Le confort est le MO des chanteurs résidents, mais ici les réflexions prennent une allure sombre. « Tu as dû souffrir seul » chante Seungkwan, qui a déclaré avoir pleuré en écoutant la démo alors qu’il récupérait plus tôt cette année. Le seul parolier Woozi reprend le sujet : « Il n’y a aucun moyen que je ne le sache pas / Parce que tu es mon souffle. » Le pont est une expiration lente, composée de soupirs tranquilles et de gonflements instrumentaux qui tirent sur la corde sensible.

Pendant ce temps, le rôdeur nocturne et ricanant de « Monster » chargé de pièges – une co-création évidente de Vernon – s’arrête et hurle en moins de trois minutes, comme un jeu de ding dong fossé en pleine nuit. Maison hantée de cris et de sifflements de loups, elle oscille entre vantardise et gimmick : « Porte du stade à la porte du stade / Gagnez le jackpot, c’est une tournée de bonbons ou de friandises. » Mais même s’ils vérifient les noms de Dracula et Frankenstein, la bravade des rappeurs et son refrain ricanant en font une écoute absolument époustouflante.

DIX-SEPT. Crédit : PLEDIS Divertissement

Pour couronner le tout, « Headliner » nous laisse avec l’anticipation crépitante de nous tenir sur le green d’un festival de musique lorsque le soleil commence à se coucher. Complétée par des chants anthémiques et des tambours grondants, sa nostalgie rock de stade met en place une inversion des rôles charmante, bien que ringarde. Ici, le groupe échange ses chaussures avec ses fidèles fans : « Même si un autre jour de pluie arrive / je serai le premier à vous servir ». C’est le genre de chanson faite sur mesure pour le cri cathartique d’un rappel : un souvenir que vous pouvez ranger dans votre poche et garder près de vous pour toujours.

En apparence, « Seventeenth Heaven » a tout d’une autre œuvre d’art de SEVENTEEN – et certaines chansons atteignent le niveau de grandeur que le groupe s’est fixé. Mais à une écoute plus attentive, le traitement vocal à forte dose aplatit souvent leurs voix uniques et reconnaissables en un mélange indiscernable, à l’exception de puissances telles que DK ou Seungkwan. C’est dommage pour cette équipe de chanteurs adeptes, et cela met un plafond ferme à la grandeur du mini-album.

Il est vrai que « Seventeenth Heaven » ne se situe peut-être pas tout en haut du panthéon du groupe. Il n’atteint pas non plus les mêmes sommets icariens que « Face the Sun » de 2022, dans lequel SEVENTEEN a fait un pas sûr dans un chapitre pour adultes, sans abandonner son sérieux et son courage attachants. Même si cette sortie ne met pas entièrement à profit les points forts du boysband, elle continue de faire preuve de cohérence et de créativité en tant que collectif – et s’il existe effectivement un dieu de la musique, puissent-ils honorer le groupe avec un retour à la forme rapide et équilibré.

Détails

dix-septième revue du ciel

  • Date de sortie: 23 octobre 2023
  • Maison de disque: Plédis Divertissement