l'icône queer underground devient vulnérable et excitée

Si vous suivez Lynks depuis qu'ils ont fait irruption sur la scène des clubs underground avec leur EP « Smash Hits, Vol.1 » sorti en 2020, vous saurez à quoi s'attendre de ce premier album tant attendu – autonomisation sexuelle, langue des insinuations ironiques et des hymnes rave-ready. Dès l'instant où le film démarre avec le remarquable « Use It Or Lose It », il devient clair que le mystérieux artiste masqué – qui ne montre jamais son visage et préfère ne pas révéler le nom de son gouvernement – ​​n'est pas là pour marcher sur des œufs. .

Des paroles instantanément pleines d'esprit telles que « Je me mets le cul dans le blasphème » et « La romance n'est pas morte, elle est dans le coma / Je ne suis qu'un chien, j'essaie de me faire bander » ressortir. Ils portent le même charme impétueux et la même confiance sexuellement chargée qui ont permis à la chanteuse drag-pop de se faire connaître. Pourtant, il semble naïf de résumer l’album comme une version plus forte de ce que nous avons déjà vu de Lynks alors que « Abomination » révèle de nouvelles couches à l’artiste basé à Londres.

Compte tenu de la liberté créative d’un album complet, Lynks laisse tomber quelques dures vérités et révèle leur côté vulnérable. « Tennis Song » raconte une liaison à sens unique avec un entraîneur de tennis, tandis que « Flash In The Pan » est alimenté par le doute de soi. « Vous disposez de 15 minutes, puis vos 15 minutes sont écoulées » ils chantent sur des rythmes électro percolants.

Au fur et à mesure que la tracklist progresse, la vision sexuellement libérée de Lynks sur la fierté gay est contrebalancée par une exploration de la honte queer. Ils mettent également en lumière les pressions sociétales auxquelles est confrontée la communauté LGBTQ+. « On m'a dit que j'étais un païen, alors croyez que je suis sur la liste des invités pour l'Armageddon, » Lynks proclame sur la chanson titre. C'est un moment particulièrement puissant car il fait directement suite à « Lévitique 18 », où un verset biblique contenant des sentiments anti-queer est lu dans son intégralité. « Ne penses-tu pas que c'est un peu hypocrite, on arrive à aimer tous les hommes mais quand je fais ça, c'est impardonnable. » Lynks réfléchit, s'adressant à Dieu, avant de décider de réinterpréter leur « péchés » comme un insigne d'honneur.

Un sentiment similaire s'exprime dans l'introspectif « Lucky », dans lequel Lynks compte sur sa chance d'être né dans un pays où « La sexualité n'est pas une condamnation à mort ». C'est l'un des moments les plus puissants de l'album. En fin de compte, « Abomination » semble être le premier pas que Lynks a fait pour montrer toutes ses dimensions en tant qu’artiste. C'est un changement de rythme rafraîchissant de les entendre non seulement livrer des classiques du club, mais aussi laisser leur personnalité pointue commencer à s'adoucir un peu. Alors que Lynks explore de nouvelles avenues dans leur son, ils transforment les sentiments de honte en quelque chose de provocant et de responsabilisant. Le résultat est une écoute passionnante, émouvante et vivifiante.

Détails

  • Date de sortie: 12 avril
  • Maison de disque: Enregistrements célestes