Nicki Minaj – Critique de « Pink Friday 2 » : la suite à succès est à la hauteur du battage médiatique

Comme son titre l’indique, le cinquième album de Nicki Minaj est une suite à son exubérant premier album de 2010, « Pink Friday ». Parfois, elle fait le lien clairement : « Pink Friday Girls », un hit pop-rap qui échantillonne l’hymne des années 80 de Cyndi Lauper « Girls Just Wanna Have Fun », est si désireux de retrouver la magie vertigineuse de « Super Bass » qu’il Le nom vérifie le hit «Pink Friday». Et quand elle rappe « J’ai essayé de me jouer mais je leur ai chié dessus en premier » sur ‘My Life’, c’est un clin d’œil sans ambiguïté à ‘Did It On’em’, un banger scatalogique de ces débuts.

Cette fois, cependant, Minaj rappe sur la vengeance excrémentale sur un extrait haut de gamme de « Heart Of Glass » de Blondie – un rappel qu’elle est désormais un acteur majeur, et non l’arriviste industrieux qui a volé la vedette sur « Monster » de Kanye West. Minaj souligne également son statut de « reine du rap » avec une paire de morceaux de vantardise féroces. Quand elle rappe « Je ne baise pas avec les chevaux depuis Christopher Reeves » sur ‘Red Ruby Da Sleeze’, ce n’est pas seulement une référence grossière à la blessure de conduite qui a laissé le Superman acteur paralysé du cou aux pieds, mais aussi, vraisemblablement, le licenciement d’un rival du rap au nom sur le thème équin. Une question rhétorique méchante sur la même piste – « Toutes ces photos de visages bâclées, pourquoi les publieriez-vous ? » – pourrait s’adresser à un certain nombre de pairs amateurs de réglages.

« Pink Friday 2 » contient également des célébrations des prouesses sexuelles de Minaj : une réplique sur « De la glace à la vanille coule sur mes fesses » sur ‘Pink Birthday’ n’a rien à voir avec Häagen-Dazs. Mais ce qui rend cet album vraiment convaincant, ce sont des moments plus vulnérables comme « Last Time I Saw You », un joyau pop-R&B sur lequel elle est aux prises avec la mort de son père, et l’album plus proche, tacheté de reggae, « Just the Memories ». « Je me souviens que quand j’étais la fille dont tout le monde doutait / quand tous les labels m’ont refusé, puis ils en ont ri. » Minaj rappe. C’est un rappel bienvenu que son ascension ne s’est pas déroulée sans revers.

Sur le même morceau, elle remercie ses premiers collaborateurs Drake et Lil Wayne, qui font tous deux des apparitions ailleurs sur l’album. Il en va de même pour Future, J.Cole et un SZA non crédité, qui fournit un mémo vocal qui ouvre le « Needle » aux saveurs dancehall. Billie Eilish apparaît également, grâce à un extrait accéléré de son single « When The Party’s Over » de 2018 que Minaj intègre dans « Are You Gone Déjà ? « Tu n’as jamais rencontré papa » Minaj rappe avec regret, s’adressant à son jeune fils arrivé peu de temps avant que son père ne soit tué dans un accident avec délit de fuite en 2021.

Composé de 22 titres qui se déroulent sur 70 minutes, « Pink Friday 2 » est probablement trop long, mais Minaj le rythme avec rigueur. La première moitié oscille entre des morceaux hip-hop maigres et méchants et des midtempos mélancoliques, tandis que la seconde moitié contient une poignée de morceaux pop-rap, dont « Super Freaky Girl » échantillonné par Rick James. La capacité de Minaj à s’imposer sur un échantillon instantanément familier est également à l’origine de «Everybody», un banger frénétique construit sur le hit de 2002 de Junior Senior, «Move Your Body». C’est le moment le plus décalé d’un album où Minaj est globalement plus retenu que par le passé. Ici, elle ne joue pas avec ses alter ego aussi librement que dans «Pink Friday».

Sinon, « Pink Friday 2 » ressemble à une consolidation et à un raffinement de tout ce que Minaj peut faire, y compris l’abandon de références à la culture pop auxquelles aucun autre artiste ne penserait. « Les esquiver comme Björk ? C’est sûrement un clin d’œil à la fameuse escarmouche du musicien islandais avec un photographe. Treize ans après « Pink Friday », Nicki Minaj n’a pas perdu sa capacité à nous surprendre.

Détails

  • Date de sortie: 8 décembre 2023
  • Maison de disque: Archives de la République