une drum'n'bass vibrante avec l'inclusivité et l'acceptation en son cœur

jeCe n'est que la première heure du Big Weekend de Radio 1 à Luton, mais Charlieeeee passe déjà un moment inoubliable. Après avoir bondi sur la scène d'introduction de la BBC dans une veste haute visibilité surdimensionnée et des oreilles Shrek, l'artiste mentoré par Fred Again.. ne perd pas de temps à parcourir les morceaux de leur premier EP, « Dog Bowl ».

Aux côtés d'un batteur et d'un guitariste, le son unique du producteur prend vie de manière passionnante. Fusionnant des éléments d'indie, de drum'n'bass et d'hyperpop, les breakbeats roulants, les riffs de guitare percutants et les voix auto-réglées de « Easy » et « Bumped In The Head » mettent sérieusement à l'épreuve les haut-parleurs. Un remix live déséquilibré de « Like A G6 » de Far East Movement, quant à lui, s’avère une courbe inattendue. Lancez un match impromptu de Beyblade avec quelques fans sur la barrière, et il devient clair que rien n'est interdit lors d'un spectacle de Charlieeeee.

« Lorsque vous jouez de la musique, vous êtes un artiste », disent-ils dans les coulisses après un set frénétique de 30 minutes. «Tant d'artistes se disent: 'C'est mon moment'. Je veux juste voir tout le monde sauter et applaudir – ma seule intention est que les gens s’amusent. Sans aucun doute, ils réussissent.

Cette approche rafraîchissante et insouciante ne s’applique cependant pas seulement à leurs concerts. Après avoir transformé leur abri de jardin en studio après avoir été expulsés de l'école, ils ont continué à travailler dans les coulisses de l'écriture de chansons pop pendant des années, en collaborant avec RAYE, Piri, Venbee et MNEK. Ils étaient recherché un programme de mentorat dirigé par Fred Again., aussi. Pourtant, disent-ils, ce n’est qu’après avoir co-fondé le Trans Creative Collective – une société de production qui vise à aider à connecter et à offrir des opportunités à la communauté trans+ grâce au mentorat – qu’ils ont réalisé leur potentiel artistique.

Charlieeeee est un artiste qui met l'individualité au cœur de tout ce qu'il fait. De la construction de leur propre univers dynamique à travers des vidéos musicales époustouflantes et des serveurs Minecraft uniques, ils connaissent l'importance de l'expression de soi, même si cela a été un « voyage énorme » pour en arriver là.

«Cela a été vraiment libérateur», disent-ils à propos d'apposer leur propre empreinte sur tout. « Surtout étant devenu non binaire il y a quelques années, je pense que Charlieeeee est le résultat du fait que je suis absolument moi-même. »

Julia Migenes : Comment êtes-vous arrivé à la musique pour la première fois ?

« J'avais l'habitude de jouer de la guitare acoustique dans un groupe folk et à un moment donné, j'ai voulu commencer à enregistrer la musique du groupe, alors j'ai transformé mon abri de jardin en studio. J'allais à des soirées micro ouvert, je trouvais des gens et je leur demandais s'ils voulaient que leurs chansons soient enregistrées, ce qui m'a aidé à développer mes compétences en production.

Vous avez de nouveau été encadré par Fred… pendant un an – que vous a apporté cette expérience ?

«Je faisais beaucoup d'écriture pop et j'ai été repéré par un A&R pour un programme que Fred dirigeait avec Kamille. J'étais l'un des 10 choisis pour un mentorat et j'ai fini par écrire une chanson avec RAYE, MNEK, Kamille et Fred… qui n'est sortie nulle part. Mais à ce moment-là, je ne pensais vraiment pas que j'allais faire un projet d'artiste. Il n’y avait aucune intention d’être Charlieeeee.

« J’avais fait deux années de tournées solides pour d’autres personnes en tant que directeur musical, alors j’avais l’impression que j’allais m’épuiser. En janvier dernier, j’en ai sauté un, mais à ce moment-là, j’avais le cerveau plein de festivals.

« Comme j'avais le hangar, j'ai décidé de m'amuser avec quelques breakbeats que Piri m'avait donnés et d'écrire des chansons comme je le faisais avant, plus de trucs Paramore-y, et de mettre les paroles dessus. Je n'y ai rien pensé, mais 'Easy' est un sous-produit de la première chanson que j'ai écrite.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans la musique ?

«J'ai eu un moment de cinéma. Je co-dirige une société de production appelée The Collectif créatif transet nous faisions un concert live au Southbank Centre pour le Fiducie Harvey Parker. Au téléphone, j'ai chanté « ce serait génial ». Ils ont dit : « Do tu chantes?! » J'ai décidé de dire oui parce que j'avais déjà écrit mon EP (sans groupe) et ils m'ont demandé si j'aimerais jouer. Il soutenait Years & Years ! »

Comment s’est passé ce premier spectacle ?

« J'avais l'impression d'être dans une quête de Donjons & Dragons parce que j'avais rencontré tellement de musiciens au cours de mes deux années de solide concert. J'ai commencé à appeler le gang pour leur demander s'ils voulaient faire le concert avec moi et nous avons formé toute une équipe. Nous sommes pour la plupart trans et queer et c'est tellement agréable de pouvoir choisir les personnes avec qui on travaille.

« Je suis aussi plus expérimental que la plupart des autres et je voulais aller plus loin avec mon spectacle live. J'ai essayé différentes idées et c'est pourquoi mon show en ce moment est assez farfelu et je fais des trucs aléatoires.

Comment décririez-vous votre approche de l’écriture de chansons ?

« Certaines chansons sont idiotes et amusantes, mais d’autres sont assez profondes. J'avais déjà écrit des chansons pop pour d'autres, alors j'ai suivi cette formule pour « Bumped In The Head » et « Easy ». Mais « Xtreme Circumstances » a été la première chanson que j'ai écrite dans un style différent où je n'étais pas autorisé à copier-coller, et je devais parcourir et jouer chaque section et voir ce qui se passait ensuite. C'est assez émouvant et le cri est réel ; il n'y a pas de distorsion, c'est juste violent !

« 'Dogbowl' est la fusion de toutes mes différentes influences, de Chase & Status à Paramore. Dans ma musique, il se passe tellement de choses. C'est très jungle/breakcore, mais il y a ensuite un vrai batteur qui joue des breakbeats en live à 200 BPM, ce qui le ramène dans l'espace indépendant. Mes chansons sont si rapides ! »

Pourquoi avez-vous créé un serveur Minecraft pour cette sortie ?

« Je voulais faire quelque chose d'accessible parce que, même si j'investis beaucoup dans mes concerts et que je mets autant d'énergie dans la performance, c'est dommage pour les gens qui ne peuvent pas aller aux concerts. J'ai donc eu l'idée d'un serveur Minecraft « Charlieeeee's World » sur lequel j'anime des spectacles en direct.

« J'ai une amie qui est enceinte, donc elle ne peut pas vraiment aller aux concerts. Mais c'est aussi destiné aux personnes vivant dans d'autres pays. Je ne pense pas que ce soit si sauvage, mais je voulais vraiment aller plus loin. J'ai travaillé avec une équipe de codeurs pour que cela ressemble davantage à un spectacle avec des lumières synchronisées et une diffusion de son en direct.

Vous avez également une page Discord. Quelle est l’idée derrière ça ?

« Les gens peuvent déposer leurs morceaux, obtenir des commentaires et, de temps en temps, j'anime des sessions. Je ferai un micro ouvert dans le pub Minecraft pour que les gens puissent monter sur une petite scène, jouer leur démo et il y aura un panel de commentaires. Je voulais le rendre plus interactif que les gens simplement assis devant leur ordinateur.

Quel message souhaitez-vous faire passer en tant qu’artiste ?

«En tant que personne ouvertement queer et non binaire, je ne suis pas à l'aise avec le chant. C'est probablement pour ça que je fais autant de nouveautés dans mon émission. C'est comme si je compensais le fait de ne pas me sentir à l'aise avec ma voix.

« Cela a été un énorme voyage parce qu'il n'y a pas de manière particulière pour une personne – trans ou non binaire – de paraître. J'ai toujours senti que je chantais trop haut ou trop féminin et je me suis dit : « Dois-je baisser (ma voix) ? Mais j’en suis arrivé au point où je ne m’en souciais plus. Cela a abouti à ma chanson « Easy ».

« Pour quiconque a du mal avec sa voix, je pense qu'il y a un apprentissage à accepter ce que l'on est et à ne pas se laisser retenir. »

Comment espérez-vous inspirer les autres ?

« Je trouve le concept de modèles inconfortable et je n’essaierais jamais de me positionner comme tel. Je pense que chacun devrait suivre son propre chemin, mais si je peux être un exemple de personnes non binaires, trans, queer et neurodivergentes, ce serait incroyable. J'ai un TDAH assez grave et cela m'empêche d'avoir un travail normal, alors j'ai trouvé un créneau qui me convient.

« Et, qui sait, il y aurait peut-être eu des gens dans la foule à l'un de mes concerts qui remettaient en question leur identité, puis ils ont vu un groupe non binaire et trans et ont pensé : « Je pourrais faire ça ». Cela me rend toujours ému.

L'EP 'Dog Bowl' de Charlieeeee est maintenant disponible via Relentless Records