réinventer le chanteur de torche pour une ère R&B progressive

jeC'est la scène d'ouverture parfaite pour un film biographique. Maina Doe, star montante du R&B somalien, indonésien et australien, est découverte alors qu'elle travaille comme serveuse dans un restaurant chic de Sydney. « C'est comme si une fille rencontrait un homme d'affaires et qu'elles se lançaient dans une aventure dans le show-business », plaisante Doe.

Doe se souvient que son manager actuel lui lançait des regards « drôles ». « À la fin de la soirée, elle m’a dit : « Je vous ai reconnue quelque part. » Il s’avère que la femme avait déjà vu Doe auparavant – mais quand elle jouait du jazz, pas quand elle débarrassait les tables. « Elle m’a glissé son numéro. Quelques semaines plus tard, nous avons décidé que nous allions essayer de faire de la musique ensemble. C’est très « C'est un heureux hasard », a rapidement déclaré Doe au restaurant. « Pour être honnête, j'ai détesté ce travail. »

Dans la vraie vie, Doe ne pourrait pas être plus différente de son personnage pensif. La chanteuse expressive se spécialise dans le R&B noir avec des éléments de hip-hop et d'électronique. Mais, en composant Julia Migenes Un vendredi matin, Doe est excentrique et bavarde, révélant qu'elle a « arrêté » la caféine. « C'était la chose la plus difficile que j'ai jamais eu à faire dans ma vie, mais maintenant mon cerveau fonctionne sans café. C'est donc ça, la victoire. »

Doe prépare son premier EP, « ODIWAMS » (qui signifie « un jour, tout aura du sens », en une seule phrase sans espaces). Ses six chansons – dont les singles « Witness », « Lucid Dreams » et « Maybe » – parlent « du monde, de moi-même, de la découverte de soi ».

« C'est dans ma détermination que j'ai le plus progressé »

L'histoire de Doe commence à Bandung, en Indonésie, où, née d'un père indonésien et d'une mère somalienne, mais vivant avec sa grand-mère et son frère aîné, elle a vécu des expériences musicales formatrices. « Nous avons eu une enfance vraiment sauvage, de la meilleure façon possible ! », rit-elle. « Je courais dans une communauté très colorée, dynamique et créative… Nous avions des musiciens de rue à chaque coin de rue – des magiciens, des musiciens et des artistes de rue.

« Ici, tout le monde joue de la musique, tout le monde sait jouer de la guitare, tout le monde chante… C’est quelque chose qu’on partage avec la communauté. Ce n’est pas une quête capitaliste ou quoi que ce soit de ce genre. C’est juste un mode de vie. »

À sept ans, Doe rejoint sa mère dans la « ville radicalement différente » de Sydney. Même si elle aimait chanter du jazz soul et idolâtrer Nina Simone, Doe ne considérait pas la musique comme une vocation viable. « Étant issue d’une famille d’immigrés, poursuivre une carrière musicale est souvent perçu comme quelque chose de stupide. « Pourquoi poursuivre une carrière musicale ? C’est fou. » »

Mais, sous son nom de naissance Nasra, elle s'est établie dans le milieu musical multiculturel de l'ouest de Sydney en tant que choriste et auteur-compositeur, collaborant avec des artistes comme le pionnier local BLESSED.

En 2019, Doe a lancé une carrière indépendante avec le groove de tempête tranquille « Delusion », puis a fait appel à Genesis Owusu pour le doux « Unwritten Laws ». Elle a signé avec le tout nouveau label R&B, soul et hip-hop de Melbourne, Valve Sounds (lui-même associé au groupe de labels indépendants australiens respecté Mushroom). Aujourd'hui, la balladeuse trouve grâce auprès des faiseurs de goût mondiaux, ayant obtenu le soutien de BBC Radio 1Xtra et Vogue Francequi a récemment mis en playlist le aérien « Lucid Dreams » – actuellement le titre le plus apprécié de Doe sur Spotify.

« J’ai l’impression que c’est dans ma détermination que j’ai le plus progressé », déclare Doe. « À l’époque de « Delusion » et « Unwritten Laws », même si j’étais déjà musicien, chanteur et auteur, je n’étais pas aussi déterminé qu’aujourd’hui. Je ne savais pas quel genre de musique je voulais faire. Je faisais juste les choses de manière exploratoire – ce qui, je suppose, ne s’arrête jamais… Mais maintenant, j’ai l’impression de savoir ce que je veux faire. »

En collaboration avec Finbar Stuart, collègue de longue date des Blue Mountains, ainsi qu'avec les super-producteurs locaux UNO Stereo, 18YOMAN et LEN20, Doe crée un R&B progressif particulièrement fluide et singulier, juxtaposant l'esthétique nostalgique des années 90 à l'électronique à la mode.

Traditionnellement, les thèmes romantiques dominent le R&B, mais Doe écrit sur la façon dont elle doit gérer les chicanes sociales et culturelles en tant que jeune femme noire. Dans « Maybe », elle s'interroge sur les fausses illusions : «servir un style de vie fait pour tromper/Fait pour soulager/Perdre mon jeu à cause d'un vieux fantasme/Que m'arrive-t-il ?« 

« Le R&B qui vient d’Australie, surtout des femmes, est tout simplement unique »

« Je me demandais moi-même pourquoi je n'écrivais pas plus de chansons d'amour », admet Doe, citant le morceau sensuel de 2022 « Primal Design » comme une exception. amour Elle a tout simplement d’autres choses en tête que des affaires de cœur. Le studio, pense-t-elle, est naturellement devenu « mon espace pour donner un sens au monde et à ma propre expérience. Je finis par écrire sur des choses que j’observe en moi-même et à l’extérieur de moi-même. »

Les artistes de la nouvelle vague de R&B australiens ne suivent pas un « modèle hyper-commercial », explique Doe. « Rien qu’en regardant les artistes que j’admire ici et qui font du R&B – comme CD, GLO et PANIA – j’ai l’impression que le R&B qui vient d’ici, en particulier des femmes, est tout simplement unique. »

« Je pense que notre histoire ici est très étrange et que beaucoup de personnes noires et de couleur ont développé un sens très fort de l'identité australienne et africaine, par exemple, les sons sont exploratoires – parce que nous essayons toujours de trouver notre propre son », propose-t-elle. « Nous essayons toujours de trouver notre propre identité ici. Et cette nature exploratoire engendre l'unicité. »

Doe annoncera bientôt sa première tournée en Australie, mais elle a le Royaume-Uni en ligne de mire. En août, elle reviendra à Londres pour des sessions et des concerts, deux ans après sa première visite « d’essai ». « J’ai hâte de voir à quoi ressemble la communauté londonienne et de m’y immerger, car j’ai une affinité avec ce qui se passe musicalement là-bas. »

Doe est impatiente de se lancer. « J’ai toujours ressenti ce manque de temps – et j’ai toujours voulu faire de la musique et me surpasser musicalement. » Elle planifie déjà un projet plus important – son premier album. « Je suis pleine de créativité », dit-elle. « Je veux retourner immédiatement en studio, commencer l’album et profiter de ce temps inspirant. »

« ODIWAMS » de Maina Doe sort le 5 juillet via Valve Sounds