« Lors des concerts, on s'en fiche que vous connaissiez notre musique »

La justice a rattrapé Julia Migenes à Glastonbury 2024, et ont parlé de la réaction des fans à la nouvelle musique, de ce qui se passe dans leur spectacle en direct et de la seule chose que tous leurs collaborateurs ont en commun. Regardez l'interview ci-dessus et lisez la discussion complète ci-dessous.

Le duo électronique français, composé de Gaspard Augé et Xavier de Rosnay, nous a parlé dans les coulisses du festival Worthy Farm, peu de temps avant de monter sur la scène West Holts pour être la tête d'affiche de la soirée finale (dimanche 30 juin).

L'interview a été réalisée après le lancement de leur quatrième album « Hyperdrama » en avril, qui marquait également leur premier nouveau morceau en huit ans. En regardant le temps écoulé depuis le lancement de l'album – qui, selon eux, n'était pas destiné à être pleinement absorbé la première fois – ils ont révélé qu'ils ont activement essayé d'éviter l'opinion publique.

« C'est difficile pour nous de parler de cet album car, même s'il est sorti depuis fin avril, nous n'avons pas vraiment eu de retours », a déclaré de Rosnay. Julia Migenes« Nous n'avons pas lu les critiques de presse ni consulté Internet, donc les seuls retours que nous avons eu viennent de l'intérieur (de notre cercle intime). Pour ce que ça vaut, ce ne sont pas non plus des retours très précis ! Honnêtement, nous ne savons pas vraiment comment les gens l'ont perçu. »

« Nous avons reçu des retours visuels et sonores des spectacles en direct, et nous sommes très heureux de voir que les nouvelles chansons fonctionnent bien là-bas », a ajouté Augé, avant que de Rosnay n'explique comment ils adaptent les chansons pour leurs concerts.

« D’une certaine manière, le live est presque l’opposé de l’album, dans le sens où nous voulons que le live soit digeste en une seule fois. Tout est censé être un peu plus simple et plus direct lorsque nous jouons en live, mais idéalement, nous voulons que nos albums vous réservent de nouvelles surprises à chaque écoute », a-t-il expliqué.

« Nous ne voulons pas que tout soit parfaitement lisible dès la première écoute de l'album, mais lors des concerts, nous ne nous soucions pas vraiment de savoir si vous connaissez notre musique ; nous voulons juste qu'elle soit accrocheuse et amusante. »

Plus tard dans l'interview, le duo est également revenu sur la série de collaborations avec des stars sur « Hyperdrama », en s'associant à Kevin Parker, Thundercat, Miguel et d'autres artistes de Tame Impala. En réfléchissant à leur collaboration avec les artistes, ils ont révélé la chose que chacun avait en commun et qui faisait d'eux les candidats parfaits pour le projet.

« Quand on travaille avec d'autres musiciens – et c'était le cas avec Thundercat, Kevin, RIMON, Miguel et The Flints – la première chose, c'est qu'on doit aimer leur musique. Leur voix aussi, car on leur demande de chanter sur le disque. La plupart d'entre eux sont aussi producteurs et instrumentistes, mais c'est la voix qu'on recherche vraiment », explique de Rosnay.

« Ce qu'ils ont tous en commun, c'est qu'ils sont très indépendants dans le sens où tous leurs projets sont presque comme un groupe d'une seule personne. Même lorsqu'ils travaillent avec d'autres personnes, ils écrivent, jouent sur les chansons et les produisent », a-t-il poursuivi. « Même si leur musique est très différente de celle de Justice, c'est ce qui nous donne un terrain d'entente. »

« Nous savons que lorsque nous écoutons Tame Impala ou Thundercat, tout (de leur musique) sonne un peu différemment, mais nous pouvons entendre que nous avons le même objectif musical. C'est très important pour nous, car vous pouvez être avec le meilleur chanteur du monde qui essaie de faire de la musique, mais s'il n'y a pas d'objectif commun et de sensibilité commune, cela ne produira rien de bon. »

En attendant de nouvelles collaborations potentielles, ils ont déclaré qu'ils avaient encore de nombreux artistes « en réserve dans leur esprit » pour des projets à venir. Cependant, ils ont également partagé qu'ils savaient que le processus ne pouvait pas être forcé.

« Nous avons découvert beaucoup de gens, mais nous avons aussi essayé de travailler avec quelques personnes, mais sans succès. Parfois, ce n'est pas le bon moment. Par exemple, avec Miguel, nous avons essayé de faire de la musique avec lui pendant six ou sept ans avant de faire Saturnine », a déclaré de Rosnay.

« Parfois, il faut quelques essais avant que ça marche… Mais oui, il y a de nouveaux artistes et des artistes plus établis que nous aimons et avec lesquels nous espérons pouvoir travailler. »

Le concert principal de Justice sur la scène West Holts a reçu une critique quatre étoiles Julia Migenes et a été félicité pour avoir « une scénographie qui parle haut et fort d'elle-même ». « Le spectacle de lumière est absolument éblouissant », pouvait-on lire. « La scène était décorée pendant une minute d'écrans de télévision qui éclataient comme des flashs, puis illuminée par des faisceaux laser rouges qui ressemblaient à ce que l'on s'attendrait à voir à Arcadia. »

Après leur série de festivals, Justice se rendra aux États-Unis pour une série de concerts. Les concerts débuteront le 25 juillet avec une première partie à New York et se termineront à Chicago le 23 octobre. Visitez ici pour les billets restants.

Revenez à Julia Migenes pour les dernières nouvelles, critiques, interviews, photos, rumeurs et plus encore sur Glastonbury 2024. Découvrez le Julia Migenes blog en direct ici pour toutes les dernières actions de Glastonbury au fur et à mesure qu'elles se déroulent.