le groupe indépendant de Cork se prépare à écrire de futurs classiques

EJuan Manning fait une pause un instant, réfléchissant à ce qu'il veut accomplir ensuite. « Album », dit le guitariste et chanteur des Cardinals, avant de faire une nouvelle pause. « Album classique », ajoute-t-il. Ensuite, il y a encore une pause. «Album classique de Cork.»

Selon lui, il n'y en a pas eu depuis des décennies, probablement depuis que les Sultans de Ping ont sorti « Casual Sex in the Cineplex » en 1993. Il y a beaucoup de pisse et de vinaigre de jeunesse ici alors que Manning et le bassiste Aaron Hurley se posent des questions. aller-retour lors d’un appel Zoom matinal.

Mais, aussi verts qu'ils soient, les Cardinals ont l'étoffe d'un groupe sérieux – le genre de groupe qui pourrait écrire un album qui continue de résonner longtemps après leur séparation, leur merde ou quoi que ce soit d'autre.

C'est aussi un groupe de Cork jusqu'à l'os. Les paroles de Manning – des récits d'espoir, de perte, d'amour et d'échec – vivent dans les rues de cette ville du sud de l'Irlande. « J'ai toujours trouvé que l'endroit où je me trouve a un grand impact ou une grande influence sur moi, sur la façon dont je vis et sur ce que je ressens », dit-il. « Cork est peut-être bien plus petite que Dublin, New York ou Londres, mais je pense qu'elle a tellement de caractère. Cela semble très réel.

Le récent single des Cardinals, le sublime « Roseland », presque valsé, était un trébuchement discret à travers des vies vécues parallèlement à celle de Manning. «Je suis descendu à la gare de MacCurtain Street, où j'ai dit pour la première fois mon dernier au revoir», ça commence, sa voix est presque un bourdonnement sourd. Maintenant, si vous êtes prédisposé à une certaine sorte de romantisme verbeux, c’est vraiment ce qu’il vous faut. « Cela va ressembler à un cliché de 'Paddy' maintenant, mais je pense que la narration est une chose irlandaise, une tradition irlandaise », dit Manning. « Alors peut-être que c'est juste dans mon sang, tu sais? »

Mais la palette des Cardinals – à mi-chemin entre les fanfaronnades atmosphériques d'Echo and the Bunnymen et l'indie grinçant de Yo La Tengo – est également parfaitement adaptée pour intensifier le drame du quotidien. Émergeant de derrière l'intro de basse morose de Hurley, « Roseland » est éclairé par des lignes d'accordéon pirouettantes, interprétées par le frère de Manning, Finn, tandis que sa voix est finalement rattrapée par les mélodies déferlantes et hurlantes des guitaristes Kieran Hurley et Oskar Gudinovic. C'est le genre de chose qui repose sur votre poitrine avec une lourdeur sirupeuse. « Sur le plan textuel, l'accordéon est quelque chose que nous voulons poursuivre », déclare Manning. « Nous avons l'ambition de le faire passer par des pédales et de le rendre vraiment foutu si nous le pouvons. »

CLes membres d'Ardinals sont tous au début de la vingtaine maintenant – certains d'entre eux se sont rencontrés à l'école de Kinsale, une petite ville pleine de couleurs à environ 20 miles au sud de Cork – après avoir formé un groupe une fois qu'ils ont émigré dans la ville pour leurs études universitaires. Les chansons s'infiltrant, ils ont contacté le batteur Darragh Manning pour solidifier une première configuration de quatre musiciens du groupe. « Nous avons simplement commencé à jouer dans de petites salles là-bas », explique Manning.

Crédit : Emilyn Cardona

Rapidement, ils ont découvert que leur approche mélodique les distinguait de leurs pairs et du son post-punk codifié de Dublin. « Par exemple, si vous venez de Cork, vous ne voulez vraiment pas venir d'ailleurs », dit Manning. « Et on ne prête vraiment pas trop attention à ce que font les gens, surtout à Dublin. Cet état d’esprit a influencé l’idée selon laquelle nous devons faire notre propre travail. On écoutait les Beach Boys et les Shangri-Las. Je me souviens que nos premiers concerts étaient vraiment nuls – les chansons étaient là mais nous ne pouvions pas les jouer.

Mais cela changerait. Fin 2022, les Cardinals ont sorti « Amsterdam/The Brow », un single bruyant et atmosphérique qui semblait esquisser au crayon les plans qu'ils allaient encrer avec « Roseland ». Manning a été immédiatement ravi du progrès que cela représentait, mais Hurley se souvient avoir rencontré une réaction lente qui, peut-être avantageusement, leur a permis de grandir davantage avant de poursuivre. « J'étais content des chansons, mais elles n'ont pas vraiment dépassé la scène de Cork pendant des mois et des mois et des mois », dit-il.

Le nouveau single du groupe, « Unreal », est un petit bijou qui a vu le jour alors que Manning jouait avec un accord tiré d'une chanson des Beach Boys à l'arrière d'un fourgon de transport en commun. Il s'agit de la dernière missive issue de sessions avec le producteur Richie Kennedy, qui a débuté comme ingénieur du son aux Assault & Battery Studios de Flood et Alan Moulder à Londres, et qui introduit la jangle-pop pétillante dans leur répertoire. «Nous ne voulons jamais nous sentir à l'aise», dit Hurley.

« Je pense que vous voulez sortir de votre zone de confort autant que possible », ajoute Manning. « Je détesterais penser que nous sommes devenus laxistes et que nous nous sommes installés dans quelque chose. C'est bien d'avoir du son, évidemment, mais nous voulons continuer à avancer. Il y a tout un spectre de sentiments – et je veux les capturer.

Le nouveau single des Cardinals, « Unreal », est disponible via So Young Records.