Kasabian partage ‘Call’ et parle-nous du nouvel album ‘Happenings’

Kasabian a partagé son nouveau single explosif « Call » et a annoncé les détails de son 8ème album « Happenings ». Découvrez-le ci-dessous, ainsi que notre entretien avec le leader Serge Pizzorno.

Les vétérans indépendants de Leicester ont pour la première fois partagé que le nouvel album « psychédélique » des « gros frappeurs » était en route l’année dernière lorsqu’ils ont annoncé les détails d’un énorme concert de retour sous la forme de Summer Solstice II – un retour à Victoria Park le samedi 6 juillet. après y avoir joué un concert en plein air en 2014.

Maintenant, ils ont annoncé que ‘Happenings’ arriverait la veille et ont partagé le nouveau single ‘Call’ et le clip casse-cou. Tournée par le duo de réalisateurs Waxxwork, la vidéo est centrée sur un téléphone tombant d’un avion et se précipitant dans le ciel – ayant été tournée en Albanie où les lois aérospatiales autoriseraient les parachutistes à sortir d’un hélicoptère avec la vidéo diffusée en temps réel.

La suite de « The Alchemist’s Euphoria » de 2022 et leur deuxième depuis la sortie de Tom Meighan comprend 10 titres, d’une durée de seulement 26 minutes (« Une minute plus courte que les débuts des Ramones », comme l’a expliqué Pizzorno), et a été écrit au home studio du musicien, The Sergery, en complétant le travail avec le coproducteur Mark Ralph (Zara Larsson, Clean Bandit, Rudimental).

Découvrez notre interview avec Pizzorno ci-dessous, avec le leader expliquant à quoi s’attendre du disque 20 ans après leur premier album, pourquoi ils ont jeté des gens d’un avion et comment il suffit de « leur envoyer le putain de signal de chauve-souris » pour écraser un festival près de chez vous.

Bonjour Serge. Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir « Call » comme single pour revenir ?

Pizzorno: «C’est la première chose qui est tombée. J’avais le riff vers la fin du dernier disque. Certains riffs vous parlent, et je me disais : « Oui, il y a quelque chose de spécial là-dedans ». Cela indiquait comment tout le disque allait être – ces gros morceaux super serrés. Cela a toujours été la première chose que les gens devraient entendre de l’album. C’est une chanson tellement unique. Au début d’une campagne d’album, avoir quelque chose qui ne peut être que Kasabian est important. Je ne sais pas vraiment ce que c’est, mais j’ai l’impression qu’il contient juste ces gouttes qui vont simplement se déclencher dans un environnement réel. Commençons l’année avec une mélodie qui excite tout le monde pour l’été.

Il y a certainement une ambiance « Ibiza »…

«J’adore ce changement des Baléares dans la seconde moitié de la chanson. C’est vraiment assez funky au début, puis ça devient planant et ça t’emmène ailleurs. Ça claque toujours, mais tu te dis : « Putain de merde, maintenant je m’envole ». En très peu de temps, cela vous emmène dans un voyage vraiment cool.

Serge Pizzorno se produit en live avec Kasabian. CRÉDIT : Luke Brennan/Getty

Au niveau des paroles, que visiez-vous avec « Call » ?

« C’est le sentiment d’Iggy Pop selon lequel les chansons doivent être super simples, dire une chose et la dire avec le moins de mots possible. Il s’agit de cette personne qui appelle, et vous êtes alors prêt. C’est comme le putain de batphone ; ou « Un festival a besoin de têtes d’affiche, envoyez le putain de signal de chauve-souris ». CLAQUER, Kasabian, nous y sommes. Cela revient essentiellement à dire : « C’est génial quand tu es là ». Frais d’énergie.

Et la vidéo est plutôt audacieuse. Vous auriez sûrement pu le faire avec l’IA ces jours-ci au lieu de vous envoler pour l’Albanie et de jeter quelqu’un d’un avion ?

« Le concept des « Happenings » est de faire entrer l’art dans le monde réel. Nous aurions pu simplement faire une vidéo sur un écran vert ou autre, mais nous avons pensé : « Non, allons en Albanie et trouvons comment faire voler ce téléphone dans les airs, atterrir et filmer la vidéo en direct et transmise au système ». téléphone’.

« J’aime quand on ne sait pas vraiment ce qui pourrait arriver. C’est pourquoi nous montrons le processus à la fin, donc vous vous dites : « Oh merde, ils ont réellement fait ça ». Même quand on va voir des marionnettes et les gens qui les contrôlent, c’est toujours bien plus excitant que CGI. Il y a quelque chose de bien plus magique dans les films des années 80, même quand on sait que ce sont des marionnettes.

Verrons-nous ces figurines Kasabian sur le stand de produits dérivés lors de concerts cet été ?

« C’est ma prédiction ‘Big in 2024’ : les figurines à pompons sont de retour en force ! »

Que pouvez-vous nous dire sur les sons exploités sur le reste de l’album ?

« C’est vraiment un album qui ne peut être réalisé qu’aujourd’hui. Les influences sont là, mais cela a été fait avec les outils que j’ai autour de moi maintenant. C’est un sentiment très simple. Chaque section doit être un refrain et exiger de l’attention pour l’ensemble de l’album. Son cours est implacable. J’essayais toujours de rendre la musique de guitare intéressante. Je ne sais même pas comment on appellerait notre groupe. Sommes-nous un groupe de rock ? Cette fois, j’étais vraiment dans la structure pop et je rendais tout super propre et percutant – en prenant ces sons délirants, fous et étranges et en les faisant frapper comme un disque moderne.

« Chaque piste a son propre monde. Le morceau « Bird In A Cage » a un truc de Trent Reznor, un truc de Britney Spears, un truc des Beatles, un truc de Prince, puis « Hell Of It » a un J Dilla rencontre Justin. Un truc de Timberlake/Timbaland 2002, puis ça va au Parlement et à Funkadelic, plus il y a du funk nigérian des années 1970. »

Kasabien
Kasabien. CRÉDIT : Shirlaine Forrest/Getty

Mais ce n’est pas pour autant – l’album est très ciblé et va droit au but…

« Les règles étaient les mêmes pour chaque piste : garder le temps serré et environ trois minutes. Vous savez si vous avez la meilleure équipe de braqueurs de banque au monde, n’est-ce pas ? Le meilleur gars avec des explosifs, le meilleur gars avec des cartes, tout ça assemblé. Ils planifient le braquage, ils entrent, ils sortent, bang, ils s’en sortent sans poursuite policière ou quoi que ce soit. Avant que quiconque ne s’en rende compte, les diamants ont disparu – c’est ce record. C’est un braquage de banque bien exécuté. Nous sommes dedans, nous sommes dehors, nous avons fini, et vous vous dites : « Putain de merde, comment ont-ils fait ça ? Je ne le sais pas moi-même !

Et ça devrait être facile d’avoir les nouvelles chansons dans la setlist si elles sont si courtes ?

« Exactement. Entre deux grands concerts, nous rentrions à la maison et demandions : « Ne serait-ce pas bien si nous avions une chanson comme celle-ci ? Je n’ai jamais vraiment écrit en tournée, donc c’était sympa. Cela indiquait comment la musique était créée. J’ai vraiment apprécié ce processus et cela avait beaucoup de sens.

En regardant les œuvres d’art, nous devinons que l’esthétique de cette époque est une ambiance de fête. À quoi ressembleront les prochains concerts ?

« ‘Happenings’ est un concept donc il y aura quelques surprises sur scène. Certes, l’esthétique vient d’Oz Magazine et des premiers zines punk. Il y a beaucoup de cela mélangé à l’insolence du groupe. Les concerts seront un pur bonheur, car cet album est une sorte de célébration. Il s’agit pour tout le monde de se réunir et de passer un putain de bon moment.

Kasabian annonce son huitième album 'Happenings'

Kasabian sort « Happenings » le 5 juillet. Consultez la liste complète des titres ci-dessous et précommandez l’album ici.

« La berceuse la plus sombre »
‘Appel’
‘Jusqu’où iras-tu’
‘Revenir à moi bien’
‘CHÈVRE’
« Passagers »
« L’enfer de ça »
« L’horreur italienne »
« Oiseau dans une cage »
« Algorithmes »

Le groupe jouera ensuite Summer Solstice II au Victoria Park de Leicester le 6 juillet, avant d’être en tête d’affiche du Latitude Festival dans le Suffolk le 26 juillet. Visitez ici pour les billets et plus d’informations.