Hitsujibungaku sort « Burning », une nouvelle chanson thème pour « Oshi No Ko »

Les rockers indie japonais en plein essor Hitsujibungaku ont partagé avec Julia Migenes un aperçu de leurs singles récents, notamment « Burning », leur tout nouveau thème de fin pour la deuxième saison de l'anime à succès, Oshi no KoLisez la suite de l'interview.

Dirigé par le guitariste/leader Moeka Shiotsuka et régulièrement soutenu par le batteur Hiroa Fukuda et le bassiste Yurika Kasai, le groupe a émergé pour la première fois dans l'underground du rock indépendant de Tokyo à la fin des années 2010. Avec la voix planante et délicatement expressive de Shiotsuka et un son élégant et concis centré sur la guitare, ils se sont imposés comme l'un des principaux groupes indépendants japonais avec des sorties comme « Dear Youths » et « Zawameki ».

Après avoir signé avec un sous-label de Sony Music, le trio est passé du statut de chouchou indie à celui de star des charts. Après avoir attiré l'attention nationale avec leur tube de Noël « 1999 », le groupe a gagné en popularité avec une série d'albums et de thèmes d'anime – mais aucun n'a égalé le succès généré par « More Than Words », le thème de fin lent du groupe pour la deuxième saison de Jujutsu KaisenPlus de 60 millions de streams Spotify plus tard, le groupe a adopté son nouveau statut et s'est lancé dans sa première tournée asiatique, jouant à Taipei, Bangkok, Kuala Lumpur, Manille, Hong Kong et au-delà.

Ils poursuivent leur ascension aujourd'hui (3 juillet) en sortant « Burning », leur thème de fin grunge pour l'anime à succès Oshi no Koqui a été composé par les mégastars de la J-pop Queen Bee et YOASOBI. Avant leur concert à guichets fermés à Singapour aujourd'hui et sans doute leur plus grande sortie à ce jour, Julia Migenes a rencontré Shiotsuka et Kasai pour parler des influences et de l'identité musicale du groupe. Découvrez l'interview – et le nouveau clip de « Burning » – ci-dessous.

Julia Migenes:Bienvenue à Singapour et félicitations pour votre tournée en Asie ! Ces deux dernières années ont été très importantes pour le groupe et j'aimerais vous interroger sur « Burning », qui est un titre très important pour le groupe après le tube « More Than Words ». Pourriez-vous nous parler de certaines des inspirations derrière cette chanson ?

Moeka Shiotsuka : « Cette chanson a été inspirée par Oshi no Ko« La deuxième saison de l'anime. J'ai lu et relu l'œuvre originale et j'ai imaginé comment je traduirais les sentiments des personnages à ma manière. En ce qui concerne le son de la chanson, je me suis largement inspiré du groupe Curve. Nous les avons rencontrés grâce à notre équipe de son, et de ce fait, j'ai pensé qu'il serait intéressant d'adopter une approche plus rock et shoegaze dans cette veine. »

La mention shoegaze est intéressante, avec les guitares grunge de la chanson. Cela me rappelle le son plus texturé du groupe à ses débuts, qui ressort vraiment au vu de vos sorties plus récentes et plus pop. Y a-t-il quelque chose que le groupe a particulièrement pris en compte pour cette chanson lors de son écriture ?

MS: « Cette fois, c'était un thème de fin, donc j'ai pensé que j'avais beaucoup plus de place pour jouer avec que de composer un thème d'ouverture.des rires) Quand je repense à la dernière fois où nous avions fait une chanson d'ouverture – par exemple, avec l'anime Heike Monogatari (la chanson « Hikaru Toki ») – Je me suis souvenu de la façon dont Agraph avait réalisé une fin de spectacle au son si cool.

« Si la chanson d’ouverture s’intéresse à l’anime dans son ensemble, alors la chanson de fin reflète l’esprit de la série. En écoutant la chanson, vous pouvez approfondir votre compréhension de l’œuvre et l’étudier à votre façon. J’ai trouvé que c’était bien de travailler comme ça. »

Après avoir écrit pour ces différentes séries animées, le processus d'écriture du groupe a-t-il évolué au fil du temps ?

MS: « Pour être honnête, je ne pense pas vraiment maîtriser encore le processus d'écriture de chansons. Mais je pense que je suis devenu plus précis dans ce processus. Je suppose que je suis devenu assez conscient de la capacité à juger si une chanson va fonctionner ou non – de cette façon, je continue à progresser lentement. »

Hitsujibungaku connaît une expansion constante en Asie et au-delà. Quelles sont vos influences internationales ?

MS: « J'adore Smashing Pumpkins et la façon dont ils sonnent, en particulier la façon dont ils se lancent de manière aléatoire dans des parties métalliques. J'aime Yuck depuis leur premier album, depuis que j'ai commencé à écouter de la musique occidentale. The xx, James Blake, je suis tombé amoureux de la façon dont ils composent leurs chansons si simplement. »

James Blake est tellement logique, surtout si l'on considère les éléments électroniques dans des chansons comme « Ooparts », ou les solos sur lesquels Shiotsuka-san a collaboré avec d'autres artistes électroniques comme Shuta Hasunuma. Y a-t-il de nouveaux sons que le groupe a pensé à expérimenter stylistiquement ?

MS: « Hmmm, on a fait beaucoup de choses en lien avec les projets, donc on s'est beaucoup inspiré des œuvres qu'on a croisé. Pour le reste, pour l'avenir… on recommencera probablement à créer des choses cet automne, mais je veux faire ce qui m'inspire à ce moment-là. »

En parlant de liens, j'aimerais entendre les réflexions du groupe sur votre récent Shaun le mouton – cette reprise est vraiment sortie de nulle part ! Est-ce quelque chose dont le groupe a parlé pendant longtemps ?

Yurika Kasaï : « Connexion mouton ! (des rires) (Note de l'éditeur : Hitsujibungaku se traduit par « littérature de mouton » en japonais.) « C'était une chanson qui existait déjà, et nous pouvions y apporter notre touche personnelle. Elle est un peu légère et flottante, et elle a aussi un petit côté mignon. Nous avons pu être nous-mêmes dessus, donc c'était très amusant. »

MS: « Les Japonais Shaun « L'équipe était pleine de gens adorables. J'étais reconnaissante qu'ils aient eu autant de plaisir à venir à nos concerts. Sur la composition de la chanson – j'adore Pavement, donc dans cet esprit, c'est certainement la chose la plus difficile que nous ayons faite, dans le bon sens du terme. Dans ma tête, je me suis dit : « laisse-moi chanter ça moins bien que d'habitude ». J'essayais de créer cette ambiance, et je pensais que ça s'était bien passé. »

Puisque nous parlons de Pavement, je pense qu'il est intéressant de voir comment Hitsujibungaku s'accroche si fermement à son style indie rock dans le paysage gacha-pop actuel de la J-pop, en particulier en rejoignant maintenant des groupes comme YOASOBI et Queen Bee avec le Oshi no Ko placement. Y a-t-il quelque chose que Hitsujibungaku souhaite conserver au niveau du son ?

MS: « C’est peut-être parce que je ne peux faire que ça ! J’y ai réfléchi – et si je commençais à créer en tapant comme un dingue sur l’ordinateur ? – mais je suppose qu’après tout, c’est parce que nous aimons notre son. Ce n’est pas nécessairement une croyance fondamentale à laquelle nous nous accrochons en tant que groupe, cependant. J’espère que dans ces trois ans, le public japonais s’intéressera à notre son. Cela semble être un objectif assez difficile, mais pour l’instant, je veux vraiment les convaincre. »

Qu'est-ce qui caractérise le son de Hitsujibungaku ?

MS: « Je me demande ce que c'est. Je suppose qu'il n'y a pas beaucoup d'instruments ? » (des rires)

YK: « Je pense que oui, dans la simplicité de nos chansons, que ce soit dans les arrangements ou au-delà. Mais je pense qu'il y a beaucoup de personnalité injectée dans chaque son. »

MS: « Le rock indé n’est pas un son originaire du Japon. Je me suis donc dit que ce n’était pas une bonne idée de le copier ou de l’imiter. Je pense donc que l’on peut dire que d’une certaine manière, les éléments de J-pop que nous y insufflons font partie de notre attrait unique. Mais pour moi, plus que de vouloir adopter un son de groupe, je me suis intéressé à la musique avec l’esprit de musiciens comme James Blake, mais il s’est avéré que je jouais avec un groupe tout en admirant tous ces musiciens électroniques. J’aime ce genre de déséquilibre que nous avons dans notre musique. »

C'est tellement intéressant que vous évoquiez la J-pop, surtout compte tenu du récit de Oshi no Ko. Dans des interviews précédentes, vous avez confié que vous aviez grandi en écoutant des chanteurs de J-pop comme Yui, et que vous aviez voulu devenir chanteur à partir de ces expériences. Revenons à « Burning », y a-t-il des éléments de l'œuvre qui ont résonné en vous lors de son écriture ?

MS: « Pour être honnête, j'ai fait deux chansons pour Oshi no Ko – J'ai fait une chanson très pop où je me suis dit : « ça ferait vraiment l'affaire », et j'ai fait « Burning ». Cela dit, il y a quand même un refrain très pop qui fait partie de la chanson. En ce qui concerne les paroles, elles sont plutôt liées au contenu de l'histoire. Bien sûr, c'est une histoire qui met tous ses personnages sur scène, et donc le mot clé « scène » est inclus.

« Dans la deuxième saison, l’histoire est pleine de jeunes acteurs, dont Aqua de la première saison, et « Burning » traite thématiquement des batailles qui les opposent au sein de leur génération. Plutôt que de refléter une scène ou un personnage en particulier, je voulais injecter dans la chanson les émotions inassouvies que partagent tous les personnages. Même si elles ne seront jamais montrées sur scène, tous les conflits cachés qu’ils cachent derrière la scène – je voulais les canaliser tous dans « Burning ». Jusqu’à ce que je puisse atteindre ce point, j’ai lu l’œuvre encore et encore. »

La nouvelle chanson de Hitsujibungaku, « Burning », est désormais disponible. Le premier épisode de Oshi no KoLa deuxième saison de 's débute aujourd'hui (3 juillet)