Chumbawamba demande au vice-Premier ministre néo-zélandais d'arrêter d'utiliser le « Tubthumping » lors des rassemblements

Chumbawamba a demandé au vice-Premier ministre néo-zélandais d'arrêter d'utiliser son morceau « Tubthumping » lors des rassemblements.

Le week-end dernier (17 mars), le vice-Premier ministre néo-zélandais Winston Peters – qui dirige le parti de droite New Zealand First qui fait partie du gouvernement de coalition du pays – est monté sur scène au son de la chanson à succès du groupe britannique de 1997 avant de prononcer son controversé « état de la nation ».

Par BBC, Peters aurait discuté de projets visant à supprimer les cours sur le genre et la sexualité du programme scolaire et aurait déclaré que NZ First et ses partisans ont une « réelle chance de reprendre notre pays ». Il a également utilisé les paroles de la chanson « Tubthumping » à la fin du discours, disant au public « nous avons été renversés, mais nous nous sommes relevés ».

« Chumbawamba a écrit la chanson Tubthumping comme une chanson d'espoir et de positivité, il semble donc tout à fait étrange que le refrain 'Je me fasse renverser…' soit utilisé par le vice-Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, Winston Peters, alors qu'il aboie son discours mesquin et source de division, politiques sectaires lors de ses récents discours », a déclaré l'ancien guitariste principal du groupe, Boff Whalley, dans un communiqué envoyé à BBC Nouvelles.

Il a poursuivi : « Chumbawamba voudrait préciser que nous n’avons pas autorisé Peters à utiliser la chanson et lui demanderions de cesser de l’utiliser pour tenter de consolider ses opinions politiques erronées.

« Chumbawamba ne partage aucune des idées de Peters sur les relations raciales et voudrait lui rappeler que la chanson a été écrite pour et à propos des gens ordinaires et de leur résilience. Nous avons demandé à notre maison de disques Sony d’émettre un avis de cessation et d’abstention.

Dunstan Bruce, ancien chanteur principal de Chumbawamba et l'un de ses membres fondateurs, a évoqué l'utilisation de la chanson par Peters lors de l'émission Newshour de la BBC, affirmant que le morceau avait été écrit sur une importante population mixte et migrante se réunissant à Leeds.

« Pour que ce type, Winston Peters, essaie ensuite de détourner la chanson et de l'utiliser dans le cadre de sa campagne, où il exprime des opinions politiques que je trouve assez flagrantes, j'ai juste pensé que ce n'était pas quelque chose que nous pouvions simplement rester les bras croisés et que cela se produise », a-t-il dit (par BBC).

Il a poursuivi : « Cela s'est produit à plusieurs reprises avec des politiciens de droite aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, qui ont tous essayé d'utiliser la chanson, et maintenant évidemment en Nouvelle-Zélande. »

Bruce a ensuite déclaré qu'une lettre de « cessation et d'abstention » était envoyée en réponse pour « faire connaître le fait que nos politiques ne s'alignent pas sur ces gens de droite ».

Peters a consulté sa page officielle X/Twitter pour aborder l'utilisation du « Tubthumping » lors de ses rassemblements. « Il semble que les médias se soucient davantage de l’histoire de Chumbawamba que nous. En fait, nous ne nous en soucions pas. Il n’y a rien à « cesser ou s’abstenir » », a commencé son tweet.

Il a poursuivi : « La chanson a fonctionné à merveille lors de notre première réunion publique après les élections. Les plus de 700 personnes présentes dans la foule le pensaient également. Nous veillerons à déposer la lettre de « cessation et d'abstention » dans un endroit sûr si elle arrive un jour. J’utiliserais un autre titre de leur chanson à succès comme plaisanterie à la fin de cet article, mais malheureusement, ils n’en avaient qu’un. »

Par ailleurs, Bruce a récemment parlé de la querelle de Chumbawamba avec les Manic Street Preachers en disant : « Je me rends compte que c'est totalement justifié qu'ils nous détestent ! »